Mon Combat

Mon Combat

Je fais aujourd’hui parti de l’Association d’Entraide aux Malades de Myofasciite à Macrophages , dont je suis réfèrent pour la Région PACA.

Je tiens à préciser  que mon combat n’est pas une guerre déclarée contre les vaccins, mais il faut aujourd’hui trouver une nouvelle formule sans hydroxyde d’alumine ….

Je lutte donc pour le remplacement de l’hydroxyde d’alumine dans les vaccins afin que certains futurs vaccinés ne contractent pas la même maladie que moi.

Libre à eux de prendre le risque ou pas en connaissance de cause, l’important est d’être informé avant  la vaccination car mieux vaut prévenir que guérir.

On ne guérit pas de la Myofasciite à Macrophages, maladie orpheline et évolutive. (à ce jour, il n’y a aucun traitement disponible).

Actuellement, le nombre de personnes atteintes par ce syndrome  est très préoccupant: nous sommes peut-être des milliers ou plus en France à souffrir de cette maladie suite à cette vaccination.

Avez-vous lu une seule lettre ou entendu un seul discours de Philippe Douste-Blazy en faveurs des malades de la Myofasciite à Macrophages?   Il y a pourtant bien de quoi à s’ inquiéter…

Ce nombre sera sûrement revu à la hausse car les non diagnostiqués sont encore très nombreux !

Il faut savoir qu’une biopsie musculaire est nécessaire pour établir le diagnostic de MFM.

On diagnostique au minimum entre 3 et 5 myofasciites tous les dix jours sur les 4 centres de référence : Créteil, La Salpêtrière , Bordeaux et Marseille. De plus, la Myofasciite n’est pas une maladie Franco-Française, comme certains ont tenté de le faire croire : en effet, des cas sont apparus dans plus de dix pays: Allemagne, Angleterre, Belgique, Corée, Etats-Unis, Irlande, Italie, Portugal, Russie, Tunisie. Des enfants aussi sont atteints par ce syndrome (en Floride, Italie, et Israël).

Il y a une vingtaine d’années, un adjuvant, beaucoup moins agressif que l’hydroxyde d’aluminium, a été mis au point – le phosphate de calcium – qui est peu ou pas utilisé et pourtant unanimement reconnu comme n’entraînant aucun effet secondaire. Question : Pourquoi ne pas l’utiliser?…conflits d’intérêts ?..

Mode d’injection des vaccins : alors que les vaccins se faisaient par voie sous cutanée, une émergence importante de la Myofasciite à Macrophages à eu lieu à partir du changement du mode d’injection (le choix de la voie intramusculaire des vaccins s’est faite sur simple avis, il n’y a pas eu d’AMM – autorisation de mise sur le marché) et surtout à l’ occasion de la campagne de vaccination massive de 1993 à 1996, campagne à propos de laquelle beaucoup de questions restent posées.  . Les informations erronées sur la maladie (hépatite B) et ses modes de contamination ont-elles été sciemment données pour effrayer la population ?

. A-t-on transformé une campagne de santé publique en une banale opération de marketing ?

. Un contrôle des supports de communication a-t-il été mis en place ?

. Qu’est-ce qui a justifié le lancement d’une politique de vaccination massive qui a touché, par son ampleur et sa teneur, l’ensemble de la population, toutes classes d’âges confondues. Plus de 27 millions de personnes ont été vaccinée, alors que la France n’était pas menacée par la maladie et qu’une stratégie vaccinale plus ciblée aurait peut-être suffit ?

. Faut-il continuer à vacciner en aveugle ou faut-il cibler la vaccination en fonction de l’individu et des risques auxquels il est confronté et éviter d’exposer des sujets sains à un danger inutile !!

Là est toute la question…